Qui sommes-nous ?

Au niveau national, les centres sociaux se sont constitués progressivement en mouvement  en recherchant constamment une relation “remontante” entre les différents niveaux d’organisation (centres sociaux – fédération départementale – coordination, fédération ou union régionale – fédération nationale) pour préserver l’indépendance des centres et donner la parole aux habitants. Cette volonté a été renforcée par le congrès des centres sociaux de 2013 qui a décidé de centrer notre action sur le développement du “Pouvoir d’agir » des habitants.

Dans un souci de mieux répondre aux attentes et besoins du réseau francilien, les huit Fédérations départementales d’Ile de France mènent un travail collectif au niveau régional et c’est en 2003 que notre association s’est constituée juridiquement en prenant la forme d’une association Loi 1901.

Initialement Coordination, notre association est  devenue Union Francilienne des Fédérations des Centres sociaux et socioculturels (UFFCS) en 2015.

MISSIONS DE L’UNION FRANCILIENNE

L’Union Francilienne des Fédérations des Centres Sociaux et socioculturels est une instance dont se dotent les huit fédérations départementales des centres sociaux d’Ile-de-France, pour remplir les missions suivantes :

-Assurer la communication et la représentation des huit fédérations d’Ile de France auprès des pouvoirs publics et d’autres instances sur le plan régional.

-Animer les échanges, organiser la mutualisation et élaborer des stratégies communes entre les fédérations.

-Construire des alliances avec des  réseaux et autres acteurs du territoire francilien.

CHAMPS D’INTERVENTION PRIORITAIRES

Un certain nombre de thématiques sont retenues pour l’action de l’Union Francilienne et tout particulièrement celles dont l’échelle régionale permet de consolider, de mutualiser et/ou vient en complément à l’action des fédérations départementales. L’échelle régionale constitue un espace qui permet de monter en compétence et en expertise sur un certain nombre de questions.

Des dossiers thématiques sur des questions transversales font l’objet d’un travail en lien avec les fédérations concernées. Pour chaque thématique, l’Union Francilienne veillera particulièrement aux questions liées aux inégalités territoriales et à la recherche de partenariats pertinents.

Les thématiques  retenues  :

  • Le pouvoir d’agir des habitants.

Il est au cœur du projet national et constitue un véritable enjeu de citoyenneté et démocratie. L’Union francilienne, par sa contribution, peut conjuguer le  développement du pouvoir d’agir, avec le vouloir agir (c’est-à-dire comment on suscite la mobilisation) et le savoir agir (les com-pétences à acquérir). En effet, l’exercice effectif d’un pouvoir d’action dépend à la fois des opportunités issues de l’environnement et des capacités de la personne ou des groupes à exercer ce pouvoir.

Pour que le pouvoir d’agir soit effectif, quatre éléments nous semblent à réunir :

  • la participation active et la reconnaissance des habitants ;
  • le développement des compétences et capacités des habitants ;
  • le renforcement de l’estime de soi et de sa légitimité à agir ;
  • la conscience critique et une meilleure compréhension des enjeux et de l’environnement dans lequel on agit

L’éducation

Compte tenu des caractéristiques de la population régionale, cet axe est essentiel. L’apport régional sur cette thématique vise à soutenir les logiques de coéducation avec les parents, à promouvoir la place des jeunes dans tous ses aspects (réussite scolaire, insertion professionnelle, citoyenneté, accès à la culture et à réduire les inégalités éducatives).

La mutualisation des bonnes pratiques existantes dans les centres sociaux, la promotion des pratiques innovantes, la participation à des projets sur les questions éducatives avec d’autres réseaux et partenaires, sont des modalités d’action pour l’Union Francilienne.

  • La lutte contre les discriminations :

C’est la première action engagée par l’instance régionale en 2005 ; les discriminations restent emblématiques des problématiques d’inégalité et constituent une menace pour la cohésion sociale sur les territoires.

  • La prise en compte du vieillissement de la population

  Si l’Île-de-France a actuellement une population jeune, la prospective démographique fait apparaitre à l’horizon 2030 un vieillissement important de la population en grande couronne. Depuis 2014 existent des conventions entre la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse d’Île-de-France et cinq fédérations départementales, dont le but est de prévenir les risques liés au vieillissement de la population francilienne.

L’échelle régionale, en Île-de-France, peut investir cet axe afin de soutenir et développer la vigilance et les initiatives pertinentes pour lutter contre l’isolement dans une logique de  développement local.

  • La formation et la qualification des acteurs professionnels et bénévoles :

L’Union francilienne, centre de formation, organise et propose des formations aux professionnels et aux bénévoles des centres sociaux, en lien avec les fédérations départementales.

La veille sur les besoins des centres est également une préoccupation pour accompagner les professionnels dans leur parcours en soutenant la qualification des acteurs. La formation ou, plus largement, le développement d’une organisation apprenante pour tous les acteurs des centres sociaux constitue un outil essentiel de la capacité à agir dans l’espace social, et plus particulière-ment pour les salariés en matière d’évolution et de mobilité professionnelles. « 

Aller à la barre d’outils